1.Repérer les principaux éléments du macro-environnement de l’entreprise

a. Macro et micro environnements

 

L’entreprise est un lieu de prise de décision : en effet, de nombreuses décisions sont prises quotidiennement par les différents acteurs de l’entreprise. Celles prises par les dirigeants doivent servir les objectifs fixés.

Dans l’entreprise, chaque décision est prise en tenant compte de plusieurs facteurs internes mais aussi externes. Les facteurs externes sont issus de l’environnement.

Il s’agit ici d’identifier les facteurs externes susceptibles d’influer sur la prise de décision au sein de l’entreprise.

 

L’environnement représente l’ensemble des éléments externes susceptibles d’influencer son activité et son comportement. Cet environnement peut avoir un fort impact sur la prise de décision de l’entreprise ; sa connaissance est donc un préalable essentiel à toute prise de décision.

 

Le macro-environnement désigne l’environnement général au sein duquel l’entreprise évolue.

 

Il s’agit des caractéristiques générales de l’économie et de la société qui peuvent influencer l’entreprise : la démographie, l’économie, la réglementation, les ressources naturelles, la technologie, la culture. Il constitue la matrice dans lequel l’entreprise évolue.

 

Il se distingue du micro-environnement, qui est constitué par tous les éléments proches de l’entreprise et qui ont une influence directe sur elle. Il s’agit, par exemple, des salariés, des clients, des concurrents, des fournisseurs de l’entreprise.

 

Les grandes évolutions du macro-environnement sont marquées par l’explosion démographique,  le vieillissement de la population, l’augmentation du niveau d’étude, le processus de mondialisation, la digitalisation de l’économie, la multiplication de l’information, l’innovation constante, l’épuisement des ressources naturelles, l’accroissement de la pollution, le changement climatique, les tendances sociétales qui ont tendance à influencer le choix des consommateurs (Vegan par exemple).

 

ANALYSE DU MACRO-ENVIRONNEMENT

Analyse PESTEL : outils d'analyse stratégique du business plan

Le modèle PESTEL

Pour examiner et classer les différents aspects de l’environnement extérieur, le modèle PESTEL propose un canevas pertinent. PESTEL est l’acronyme de six axes d’analyse :

  • P comme « Politique » : les éléments de nature politique peuvent influencer l’économie, tels que la politique fiscale, la régulation du commerce extérieur, le degré de protection sociale, mais aussi et tout simplement la stabilité gouvernementale ;
  • E comme « Économique » : la conjoncture nationale ou internationale a une incidence directe sur les entreprises en agissant sur leur compétitivité (inflation, politique monétaire…) ou le pouvoir d’achat des consommateurs (revenu disponible, chômage, taux d’intérêt…) ;
  • S comme « Socioculturel » : cet axe regroupe des évolutions structurelles induites par des changements de société, de modes de vie, de cultures. Il inclut des dimensions démographiques (allongement de la durée de vie, vieillissement de la population dans les pays occidentaux), sociales (distribution des revenus, mobilité sociale, consumérisme) et culturelles (niveau d’éducation, attitude par rapport au travail/loisir) ;
  • T comme « Technologique » : dans un monde de concurrence exacerbée, l’innovation est un facteur clé de la compétitivité des entreprises. Il convient donc d’effectuer une veille efficace sur l’état de la recherche en matière de technologies clés (dépenses publiques de R&D, nouvelles découvertes et nouveaux développements…). De même, il faut tenir compte, selon le pays, de l’équipement en matière de communication et de ses infrastructures (téléphonie, réseau internet, réseau routier et transport…) ;
  • E comme « Écologique » : le public est de plus en plus sensible aux questions de respect de l’environnement, ce qui amène les organisations à développer des « technologies vertes », à privilégier les énergies propres et les ressources renouvelables. De même, elles sont soumises à une réglementation de plus en plus stricte en matière de respect de l’environnement, qu’elle doit intégrer dans ses processus de production ;
  • L comme « Légal » : il s’agit ici des règles légales qui encadrent l’activité des entreprises, qu’elles portent sur son activité (concurrence, droit du travail, législation sociale…) ou sur ses produits (normes, sécurité des produits, étiquetage…).

 

 

 

 

 

 

  1. Analyser les évolutions de l’environnement et en identifier les conséquences sur la situation de l’entreprise.

a. Les opportunités et les menaces de l’environnement

 

Analyse SWOT : modèle gratuit sous PowerPoint | Google Slides | HubSpot

Chaque composante de l’environnement évolue et les conséquences sur l’entreprise peuvent être importantes. C’est pourquoi surveiller les évolutions de l’environnement est nécessaire pour assurer sa pérennité.

Les évolutions peuvent être source de contraintes (guerre, attentat, crise économique…) qui s’imposent à l’entreprise et sur lesquelles elle ne peut pas agir. Ces contraintes peuvent entraver son activité, voire engendrer sa disparition. Ce sont donc des menaces qu’il convient d’identifier afin d’en réduire les incertitudes.

En outre, l’environnement global peut aussi être source d’opportunités qu’il s’agit de repérer afin d’en profiter pour pérenniser ou développer son activité (évolution technologique, sociétale, ouverture du marché…).

 

 

 

 

b. Les conséquences sur la situation de l’entreprise

 « Innover pour exister »

 

La complexité et l’incertitude de l’environnement où la concurrence est vive et les besoins des consommateurs changeants poussent l’entreprise à innover. L’innovation lui permet de faire face à ces évolutions et d’en réduire les effets qui pourraient être néfastes à sa pérennité.

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) définit l’innovation comme étant la mise en œuvre d’un produit, que ce soit un bien ou un service, d’un processus nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail.

 

L’innovation est le résultat d’un processus qui part d’une découverte, souvent issue de la recherche et développement, et qui aboutit à son exploitation.

La politique de veille permet aux entreprises d’anticiper les évolutions. Le rôle de la veille est de collecter et d’analyser les informations sur son environnement afin d’en déduire les menaces et les opportunités de développement.

 

« Les différents types d’innovation »

 

L’OCDE a mis en évidence différents types d’innovation :

 

  • l’innovation de produit consiste à introduire un bien ou un service nouveau ou encore à un produit déjà existant mais incorporant une amélioration sensible des spécifications techniques, des composants et des matières… ;

 

  • l’innovation de procédé correspond à la mise en œuvre d’une méthode de production ou de distribution nouvelle ou sensiblement améliorée ;

 

  • l’innovation de commercialisation consiste à mettre en œuvre une nouvelle méthode de commercialisation impliquant des changements significatifs de la conception ou du conditionnement, du placement, de la promotion ou de la tarification d’un produit ;

 

  • l’innovation organisationnelle consiste à appliquer une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de la firme

 

 

c. Les différentes formes de l’innovation, sources de compétitivité

 

 

Définition : l’économie collaborative recouvre à la fois des plateformes d’échanges de biens et de services entre particuliers sans recherche de profit et des plateformes d’offres commerciales de type Uber, Airbnb, BlaBlaCar…

Leur développement rapide est lié à celui d’Internet et prend appui sur les nouvelles technologies qui favorisent la constitution de réseaux et de communautés via des plateformes dédiées.

 

Ces nouvelles activités se développent dans tous les domaines, font évoluer les modèles socioéconomiques et concurrencent les activités traditionnelles (exemple des taxis). La croissance est forte, les emplois créés sont nombreux mais souvent à la frontière du salariat. Le statut d’autoentrepreneur a été une réponse, bien que celle-ci soit limitée.

 « L’innovation source de compétitivité »

En développant des méthodes innovantes et en concevant des produits nouveaux, l’entreprise peut offrir des biens et des services qui lui permettront d’affronter la concurrence, de répondre aux nouvelles exigences écologiques et sociétales. Ainsi, elle pourra créer, développer ou maintenir un avantage concurrentiel.

Selon Joseph Aloïs Schumpeter, l’entrepreneur innovateur est au centre de la dynamique économique. Par ses innovations, il bouscule l’équilibre économique. Une innovation majeure déclenche une série d’autres innovations qui formeront une « grappe d’innovations » et initieront un processus de destruction créatrice.

 

Cours BTS MCO – Management commercial opérationnel

COURS BTS NDRC – Négociation et digitalisation de la relation clients

Cours BTS CI – Commerce international

Cours BTS CG

Cours BTS Banque conseiller de clientèle

Cours BTS Assurance

Cours BTS GPME – Gestion de la PME

Cours BTS Professions immobilières – BTS PI

Cours BTS Electrotechnique

Cours BTS ESF – Economie sociale et familiale

Cours BTS Tourisme

Cours BTS SAM – Support à l’action managériale

Cours BTS Communication

Cours BTS SIO Services Informatiques aux Organisations

Cours BTS MHR – Management en hôtellerie restauration